jeudi 31 janvier 2013

Ces gens-là....


Conseil municipal assez agité ce soir. Une cinquantaine d'ouvriers cégétistes Renault ont envahi la salle du conseil et ont interrompu son déroulement pendant 45 minutes.
L'ambiance fut parfois tendue et les interpellations un peu vives, on va dire ça comme cela ! Mais quand 7500 postes sont supprimés nationalement chez Renault et que certains emplois sont menacés au Mans, les revendications sont légitimes.
Ensuite, chacun peut penser ce qu'il veut de ce type d'intervention qui, malheureusement, risque de devenir de plus en plus fréquente. Il n'en demeure pas moins que ces ouvrières et ouvriers ont droit à notre écoute et à notre respect. 
Alors, c'est vrai, j'ai réagi vivement en entendant un conseiller municipal d'opposition qui évoquait ces ouvriers en parlant de  « ces gens-là ». Cela m'évoquait trop le mépris péjoratif de la chanson de Jacques Brel...
 « Ces gens-là » sont des ouvrières et des ouvriers et, comme nous,  ils sont des Mancelles et des Manceaux.

mardi 29 janvier 2013

Il est revenu...


En 2009 (c'est ICI), il découvrait les murs de la cathédrale. Il les avait trouvés tellement beaux qu'il  y était revenu en 2012 (c'est ). Et en 2013, il est encore là !
Qu'est ce qui peut donc attirer ce tichodrome échelette  dans notre ville ? Qu'est-ce qui donne envie à ce bel oiseau assez rare de se pavaner sur les murs de notre cathédrale ?
Célébrer la Saint-Julien ? Picorer dans les mains de la reine Bérengère ? Jouer les stars devant l'appareil photographique de Christian Kerihuel ?
Ou encore lire mon blog pour voir si on parle encore de lui ?
Et bien il a gagné et j'irai peut-être lui faire un coucou demain. Merci encore à Christian de m'avoir prévenu. Ne loupez pas son site : c'est ICI et les photos sont vraiment exceptionnelles !

vendredi 25 janvier 2013

Ouest-Libre et Maine-France ?


Fidèle lecteur des deux quotidiens Le Maine Libre et Ouest-France, j'y trouve d'une part des informations différentes, mais aussi des façons différentes de traiter l'information. Lectures forcément nécessaires pour un élu.
Quand on est lecteur fidèle d''un quotidien, on s'habitue assez vite à ses polices de caractères, sa typographie et sa mise en page. Et ce matin, en parcourant Ouest-France, quelque chose clochait : ce n'était pas la typographie habituelle...
...mais plutôt celle du Maine Libre ! 
Bingo !
En me précipitant sur le Maine, quelle ne fut pas ma surprise d'y voir rigoureusement la même page... mais en couleur !
De deux choses l'une : soit les imprimeurs avaient arrosé les rois de façon enthousiaste, soit  le groupe Ouest-France, après le rachat du Maine Libre, commence ses restructurations.
J'avoue que je préfererais la première hypothèse, tellement plus conviviale !

jeudi 24 janvier 2013

Mémoire courte....


Dans la presse et sur son blog, une conseillère municipale mancelle UMP s'interroge sur la réforme des rythmes scolaires et, en particulier, sur le rétablissement de la demi-journée supplémentaire le mercredi-matin ou le samedi-matin. Elle soupçonne même notre équipe de vouloir passer en force, « en sacrifiant tout débat »
Elle a vraiment la mémoire courte, « notre » conseillère UMP !
Je ne l'ai pas tellement entendue en 2008, sous le gouvernement Fillon-Sarkozy quand le ministre de l'Éducation Xavier Darcos a institué la semaine de 4 jours. Je n'ai pas trouvé dans la presse d'alors le moindre communiqué dénonçant un manque de concertation !
Et pourtant, François Fillon et son ministre Xavier Darcos réduisaient le temps scolaire de 26 à 24 heures, instituant contre l'avis des enseignants et des parents, deux heures de soutien, ce qui leur avait permis de sacrifier les RASED , récupérant ainsi 8000 postes.
Que j'eusse alors aimé entendre « notre » élue UMP !
Aujourd'hui, le gouvernement met l'école au centre de ses préoccupations. Très bien. Vincent Peillon souhaite rétablir un temps scolaire hebdomadaire réparti sur 4 jours et demi. Cette réforme sera accompagnée d'une réduction de 45 minutes journalières, laissant aux mairies le soin d'animer ses 45 minutes.
Cette mesure coûtera cher aux collectivités et, personnellement, je ne vois pas pourquoi ce serait à ces mêmes collectivités d'assumer financièrement cette réforme imposée par l'État. Et ce n'est pas la compensation « incitative » de 50 € par élève qui pourra couvrir l'intégralité des frais. Surtout que cette compensation n'existerait que sur un temps limité.
Toutes ces considérations nous rendent donc prudents et plutôt que de nous lancer aveuglement dans une solution ou une autre, nous avons choisi le temps de la réflexion. Nous voulons mesurer toutes les conséquences tant au niveau financier qu'au niveau de usagers de l'école : enfants, enseignants et parents.
L'école mérite certainement mieux que cette gesticulation électorale !

mardi 22 janvier 2013

Sans commentaire...


Quelques personnes qui avaient réagi à ma chronique sur le passage du train de déchets nucléaires mercredi dernier m'avaient reproché de trop en faire et d'exagérer les dangers réels.
Aujourd'hui lundi  à 17 heures, un train transportant des déchets issus de la centrale nucléaire du Tricastin a déraillé en gare de Saint-Rambert-d'Albon dans la Drôme. (C'est ICI). 
On aura beau nous dire que le train ne transportait que de l'uranium appauvri faiblement radioactif et qu'il n'y a eu aucune contamination. Il n'en demeure pas moins que c'est la démonstration que le transport des déchets nucléaires par voie ferrée ne se fait pas sans risque.
Que se serait-il passé si ce déraillement était arrivé à la gare du Mans mercredi ? La mairie, qui n'avait pas été informée du passage du train, aurait-elle été prévenue ? Et les populations riveraines de la rue Denis Papin ou de l'avenue de Bretagne ?

samedi 19 janvier 2013

Normes : attention au grand nettoyage..


Jean-Claude Boulard et Alain Lambert, sénateur de l'Orne ont été été choisis récemment par le premier ministre pour faire la chasse aux « normes absurdes » (c'est ICI). Ils devront en établir la liste avant les 15 mars. Si notre maire se sert souvent de l'exemple caricatural de la proportion des différentes saucisses dans les cantines scolaires, n'oublions pas non plus que certaines normes sont bien nécessaires et, en particulier, dans la défense de l'environnement.  Notre groupe a souhaité rappeler quelques vérités dans le communiqué ci-dessous :
"Attention MM. Boulard et Lambert à ne pas tomber dans un mauvais sketch style « l’environnement ça commence à bien faire » !
Lorsque l’on a eu vent de la mission « Chasse aux Normes » confiée à notre maire et à M. Alain Lambert cela ne nous a pas surpris, connaissant bien  l’agacement de Jean-Claude Boulard vis-à-vis de la pléthore de normes et règlements qui entravent selon lui l’action des collectivités.
On ne peut qu’admettre qu’il y en a certaines qui sont parfaitement inutiles, voire nuisibles, nous l’avons même dénoncé à propos de celles imposées par les instances du football professionnel pour la construction du stade.
Mais l’air du temps nous fait craindre que ce soient les normes imposant certaines contraintes environnementales qui se retrouvent facilement dans le collimateur. En effet, hormis chez les écologistes convaincus, on entend de plus en plus souvent des voix s’élever, notamment au PS et à l’UMP, pour estimer qu’en temps de crise il faut savoir prioriser les aspects économiques, et tant pis si on est moins regardant vis-à-vis de l’environnement, car souvent « faire propre coûte cher ! ».  
Attention à cette dérive à la fois irresponsable vis-à-vis du monde que nous allons laisser à nos enfants et souvent suicidaire même sur le plan économique. Vouloir grignoter quelques euros à très court terme pour sortir de la crise économique est souvent illusoire alors que penser la reconversion écologique de l'économie créerait des milliers d'emplois !
Regardez la fronde actuelle des agriculteurs productivistes vis-à-vis de la directive « nitrates » ; tout le monde connait les méfaits désastreux des excès de nitrates (notamment les marées vertes) mais plutôt que de remettre en cause le modèle on hurle contre la contrainte au sacro-saint nom de la rentabilité. On peut aller ainsi jusqu’au point de non retour et il nous en coûtera alors des milliards rien que pour pouvoir disposer simplement d’eau potable !
Alors nous mettons en garde solennellement MM. Boulard et Lambert : Oui un règlement environnemental peut s’avérer parfois contraignant voire économiquement pénalisant. Mais on sait parfaitement, hélas, qu’on ne peut pas compter uniquement sur la bonne volonté et la raison des hommes pour éviter les désastres écologiques de demain. Alors, face à un taux de pesticides, face à la protection d’une petite fleur, face à l’obligation d’un bilan carbone, face à l’efficacité énergétique d’un bâtiment, face à un seuil d’exposition électromagnétique, etc. n’oubliez jamais, messieurs, de vous poser la question du monde que vous entendez léguer à vos petits-enfants."

jeudi 17 janvier 2013

Révoltant...


La FDSEA de la Sarthe et les Jeunes Agriculteurs affiliés à la même fédération avaient appelé à la manifestation mardi soir. Ils entendaient protester contre la directive européenne « nitrates »  qui date, il faut le savoir, de 1991 ! 
Cette directive avait pour but de protéger l'environnement et, en particulier, les ressources en eau. Devant le retard pris par la France, La cour de Justice de l'Union Européenne veut que la France applique cette directive sous peine d'une amende de 20 millions d'euros. Sauf que la FDSEA Sarhe ne veut pas en entendre parler. D'où la raison de la manifestation...
Le malheur, c'est que nous sommes en période d'élections aux Chambres d'Agriculture et que la FDSEA se livre à la surenchère avec les syndicats concurrents. Bien sage pendant le gouvernement Fillon-Sarkozy (n'oublions pas que le président des députés UMP, Christian Jacob, n'est autre que l'ancien président du CNJA), la FNSEA s'est lâchée mardi soir... et comme d'habitude, c'est notre ville qui en a été la victime.
Les agents de la ville ont beaucoup travaillé dans la nuit pour évacuer pneus et fumiers un peu partout éparpillés dans la ville et sur la ligne de tramway. Le matin, la ville était propre.
Elle garde toutefois les séquelles du passage mouvementé des tracteurs et remorques sur le rond-point face au Leclerc des Fontenelles. Les agriculteurs se sont déchainés, sous les feux de l'hélicoptère de la police, contre deux camions qui emêchaient l'accès au parking du centre commercial.
Le parterre qui entoure l'arbre métallique a littéralement été labouré, une fois plus. Notre collectivité avait été obligé de le refaire après un passage de ces mêmes agriculteurs (c'est ICI). Ce matin encore, les séquelles étaient bien présentes :

Une fois de plus, notre collectivité remettra en état ce parterre aux frais du contribuable manceau.
Bertrand Delanoë, maire de Paris, vient d'envoyer la note aux organisateurs de la manifestation contre le mariage pour tous, facturant ainsi les dégâts occasionnés au Champ de Mars. Ne serait-il pas bon d'envoyer également la facture à la FDSEA ?

Ci-dessous le communiqué d'Europe-Écologie Les Verts.

« Les manifestations de certains membres de la FDSEA suite au classement de nouvelles communes en zone vulnérable au titre de la pollution par les nitrates a atteint un niveau de violence inquiétant hier. Europe Ecologie Les Verts regrette ces réactions et appelle à la concertation.

Soyons clairs, c’est l’inertie de l’État français depuis plus de 30 ans, sous la pression du puissant lobby d’une partie de la profession agricole et de l’industrie agro-chimique, qui nous conduit dans l’impasse actuelle : nous risquons d’être condamnés par la Cour de justice de l’Union européenne pour manquement à la directive « nitrates » de 1991. Potentiellement à la clef : 20 millions d’euros d’amende et 200 000 euros d’astreinte par jour jusqu’à ce que la France rectifie le tir. Tout ça aux frais du contribuable !

Outre cette menace lourde, rappelons que les enjeux sont conséquents en termes d’environnement mais aussi de santé publique : dépassement des normes d’eau potable avec risques de cancers, diminution de la biodiversité dans nos cours d’eau, sans parler des épisodes d’invasion d’algues vertes et bleues, dont les derniers remontent à pas plus tard que la semaine dernière.

Dans ces conditions, refuser le classement des zones présentant des concentrations de nitrates supérieurs aux objectifs de la directive est irresponsable et Europe Écologie Les Verts soutient donc les propositions de l’État.

Cependant, il serait tout aussi irresponsable d’ignorer les conséquences d’un tel classement. Aujourd’hui, le programme d’actions proposé défavorise les élevages extensifs. En cette période de crise, où les éleveurs croient voir miroiter l’opulence céréalière, le risque est grand de voir l’élevage abandonné et les prairies retournées, au profit des grandes cultures, avec des conséquences graves tant pour la santé que pour l’environnement (appauvrissement des sols, arrachages de haies, pesticides…). Europe Écologie Les Verts demande donc à l’État d’élaborer dans la concertation un programme d’actions adaptées et efficaces, associé à des mesures d’accompagnement techniques et financières pour les éleveurs. Nous demandons aussi l’abrogation des décrets du 10 octobre 2011 et arrêté interministériel du 19 décembre 2011 qui autorisent in fine une augmentation des quantités de nitrates épandus et défavorisent les élevages extensifs. »

mercredi 16 janvier 2013

Le communiqué d'Europe Écologie les Verts


Un convoi de déchets nucléaires a traversé Le Mans en catimini, nous demandons la transparence !
Mercredi 15 janvier au matin, un convoi de déchets hautement radioactifs en provenance d’Italie et en direction de l’usine Areva de La Hague a fait un arrêt au Mans. Europe Écologie Les Verts Sarthe s’est associée à l’appel à vigilance tout au long du trajet de ce convoi lancé par le Réseau « Sortir du nucléaire », le syndicat SUD-RAIL et les associations et réseaux italiens afin d’informer la population et demander que la transparence soit faite sur ces transports, ou à défaut leur suppression.
« Comme d’habitude, ce dangereux transport a lieu sans la moindre information du public, et notamment des élus locaux », témoigne Yves Ollivier, qui s’est rendu sur le lieu de stationnement du train suite à une alerte du Réseau Sortir du Nucléaire. « On ne peut indûment perpétuer une situation où ni la population, ni les élus ne sont informés des risques majeurs que leur font courir ces transports, notamment par la radioactivité émise, mais aussi par les risques d’accidents voire d’agression extérieure. Comment ont été pris en compte les impacts potentiels du passage du train dans le choix du trajet, la prévention des risques, voire la gestion d’un accident majeur (évacuation de la population notamment) et comment ont été informés et protégés les agents SNCF concernés ? Ces questions posées à chaque transport international restent sans réponse, alors que la profusion des transports ferroviaires nucléaires accroit fortement la vulnérabilité de notre territoire ».
Les élus locaux et nationaux n’ont pas moins le sens des responsabilités que les entreprises qui font transiter ces déchets. Ils ont droit à l’information, à la transparence. Ils ont le devoir de veiller à ce que la population ne soit pas mise inutilement en danger. Le refus systématique de toute transparence viole les règles élémentaires de protection du public.
Denis Baupin, député Europe Écologie-Les Verts, a proposé à l’occasion de l’examen du projet de loi sur la participation du public un amendement visant à faire progresser l’information et la participation du public en ce qui concerne le transport de matières radioactives. Proposition malheureusement rejetée…
Europe Écologie Les Verts Sarthe, le 16 janvier 2013

Dormez tranquilles...


Hier soir, je suis informé, en tant que militant du réseau Sortir du Nucléaire qu'un train de déchets radioactifs doit traverser la ville du Mans.
Je suis étonné car, en général, ces trains venant le plus souvent d'Allemagne et quelquefois d'Italie, ne transitent pas pas par notre ville. Ils contournent Paris par l'est et par le nord.
Je recoupe l'info et des copains du Creusot (Saône-et-Loire) m'informent qu'effectivement ce train en provenance d'Italie avait bifurqué par rapport à son itinéraire habituel et était parti vers Nevers.
Le secret de son itinéraire et des horaires sont bien gardés. Ainsi, pour celui-ci, son départ avait été avancé d'un jour et son itinéraire avait pris un tour nouveau en longeant la Loire jusqu'à Tours et en remontant vers la Normandie en traversant Le Mans. Mais tout se sait : il ya des cheminots militants...
Ce matin donc, vers 6h45, je me suis rendu avec Thierry, militant du réseau, en bordure de la gare de triage. Le train était là, surveillé par 3 agents de la sécurité ferroviaire et une voiture de la police nationale.
On peut ci-dessous identifier les containers si particuliers de transports des déchets nucléaires (appelés castors).
Le train attend à 100 mètres du passage à niveau de la Foucaudière et à quelques pas de maison habitées. Il semblait avoir pris du retard puisqu'aux alentours de 8 heures, il était encore là alors que son départ était programmé pour 7h30.
La France, avec le centre de La Hague, est, seule au monde avec un centre anglais, à posséder une usine de retraitement des déchets. Devenue « poubelle » de l'Europe, elle accepte, entre autres, les déchets allemands et italiens, deux pays qui ont décidé de sortir du nucléaire. 
Il est quand même incroyable que la population ne soit pas avertie de ces transports extrêmement dangereux. D'autre part, le plan vigipirate a été renforcé à la suite de l'intervention française au Mali. Est-il donc prudent de faire traverser la France à un tel train ? La sécurité était-elle réellement assurée ce matin à la gare de triage ? Les pompiers de la ville sont-ils formés pour une intervention en cas d'accident ?
Nous savons tous que le nucléaire n'a jamais été un modèle de transparence. mais aujourd'hui, avec le passage de ce train, les Mancelles et les Manceaux ont le droit à des réponses.
Bonne raison pour rappeler que vendredi 25 janvier à 18h30 à la médiathèque Louise Michel à Allonnes, se tiendra une conférence-débat « Le nucléaire en question » avec la participation de Thierry Pradier, conseiller régional EÉLV et Martiel Chateau du réseau Sortir du Nucléaire.  Du 22 au 26 janvier, se tiendra également à Allonnes l'exposition « Areva ne fera pas la loi au Niger ». Venez nombreux.

lundi 14 janvier 2013

Retour sur week-end...


Samedi, début d'après-midi, je rejoins les copines et les copains du Comité Sarthois contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Objectif : profiter du départ des 10 km du cross Ouest-France pour populariser notre action. Nous nous installons en bas de la rue Victor Bonhommet. La banderole est déployée, tracts et chant. Les participants sont obligés de nous voir. Objectif atteint.
Samedi fin d'après-midi, je me rends au Centre des Expositions pour les vœux du maire et de l'équipe municipale. C'est la grande foule. L'équipe municipale est au grand complet sur l'estrade pour écouter le discours du maire. Comme d'habitude les places du premier rang sont chères. Pour connaître les gagnantes et les gagnants, il suffira de consulter la presse de lundi. Personnellement, je me retrouve derrière Stéphane Le Foll. Maman, si tu me cherches, je suis juste derrière le ministre... Et tu sais, il est grand !
Sinon, l'initiative d'avoir laissé le soin du buffet aux associations des mancelles et des Manceaux des quatre coins du monde est vraiment une réussite. Bravo à toutes et à tous.  Mon plat préféré cette année :  le taboulé libanais avec ses graines de grenade, sa sauce au citron et à la grenadine amère.
Samedi soir tard : je regarde le débat chez Ruquier entre Frigide Barjot et Caroline Fourest. D'un côté, l'outrance. De l'autre, de la réflexion, des arguments et la force de persusasion. Merci Caroline...
Dimanche matin, c'est pot-au-feu. J'adore... Lever tôt... Et on laisse mijoter à petits bouillons. La bonne odeur envahit toute la maison. Mieux que les batons d'encens ou Air-Wick lavande... Ma mère vient partager le pot-au-feu... et elle s'étonne, bien sûr, de ne pas m'avoir vu sur les photos ! J'en étais sûr...
Dimanche après-midi, je me remets au boulot : j'ai du travail en retard. Je zappe de temps en temps de mon traitement de textes pour jeter un œil sur internet et BFM télé. Je suis le déroulement de la manifestation anti-mariage pour tous. Je grogne très fort déjà sur la place énorme accordée par le Maine-Libre à la manifestation anti-mariage gay. On a le droit à une description très détaillée, y compris une vidéo où l'on voit le député Dominique Le Mèner se dandinant sur un air de Gangnam... Je n'invente rien !
Lundi matin, je découvre nos deux quotidiens et la manière avec laquelle ils ont rendu compte de la manif de dimanche. Ouest-France est raisonnable : une page nationale et un entre-filet en page sarthoise. Par contre, le Maine-Libre se lâche... la une, son éditorial et trois pages intérieures !
À quel jeu joue le quotidien ? Devenir l'organe d'une minorité (2000 sarthois annoncés à cette manifestation de dimanche) ? Oui, les lecteurs ont le doit d'être informés. Mais trop c'est trop ! La déontologie journalistique c'est de rendre compte, pas d'être partisan.
Nous ne l'oublierons pas et nous serons attentifs à la façon dont il sera rendu compte de la manifestation pour l'égalité des droits du 27 janvier.



vendredi 11 janvier 2013

Supplique...


La misère éclate partout : les files s'allongent devant les locaux du Secours Populaire avenue Jean Jaurès, les Restos du Cœur voient leur fréquentation augmenter de 12 %, etc.
Beaucoup de gens n'y arrivent plus... et, même , dans deux cas, on atteint l'abject :
• une mamie de 94 ans expulsée de la maison de retraite de Chaville en Hauts de Seine parce qu'elle n'a pas réglé les frais de la résidence médicalisée. Virée... larguée à l'hôpital.
• une fillette de 5 ans exclue de la cantine municipale d'Ustaritz dans les Pyrénées-Atlantiques parce que ses parents n'ont pas réglé les frais de cantine. Et pour bien traumatiser la môme, on lui envoie la police municipale pour l'empêcher de manger. Insoutenable...
Pendant ce temps là, les médias font leurs choux gras sur l'exil fiscal de Gérard Depardieu afin d'échapper à la taxe des 75%. Au même moment, il met en vente son hôtel particulier : 50 millions d'euros. Oui, vous avez bien lu !
Frédéric Thiriez, président de la Ligue Professionnelle de Fooball, lui, se félicite de l'annulation de la taxe des 75% par le Conseil Constitutionnel. Cette taxe ferait fuir les footballeurs professionnels de France. À titre d'exemple, un joueur professionnel de Le Mans FC gagne en moyenne aux environs de 10 000 € par mois.
Toujours dans le même temps, Jo-Wilfried Tsonga se voit promouvoir à l'Ordre National du Mérite. Pour avoir choisi l'exil fiscal en Suisse ? C'est vrai que les tournois ne lui ont rapporté qu'un million de dollars...
Alors, oui, stop à cette indécence. Oui, je suis d'accord avec le Premier Ministre, ce sont des comportements « minables ».
À chaque expulsion, à chaque cumul d'impayés se jouent des drames ignorés par les médias. Combien de personnes n'ont plus de ressources au 15 du mois et doivent faire appel aux organisations caritatives pour pouvoir manger, ou même dormir ?
Alors, je vous en prie, arrêtez de me bassiner avec Gérard Depardieu et ses petits frères !
P.S. (dernière minute de vendredi matin) : François Pinault, patron de la Fnac entre autres, vient de s'offrir une maison à Los Angelès. Coût : 12,5 millions d'euros...

vendredi 4 janvier 2013

Recensement : suite...


À voir le nombre de mails et de commentaires reçus, mais également l'article du Maine-Libre de ce matin, ma chronique d'hier aurait fait mouche. Dans ces interpellations, beaucoup de demandes d'explications sur la nouvelle méthode de l'INSEE.
Avant 2004, le recensement était exhaustif (c'est ICI) : les agents recenseurs parcouraient l'ensemble des rues, des immeubles, etc. et l'INSEE faisait les additions. Le résultat était forcément juste, hormis les petites erreurs dues à l'évolution de la population (naissances et décès, mobilité) durant la phase du recensement. Cette méhode coûtait très cher : entre 150 et 200 millions d'euros !
La volonté de réduire les coûts a amené donc l'INSEE à mettre au point un nouveau recensement basé sur un sondage de la population. Donc, déjà, dès le départ, nous savons qu'il y aura une incertitude par rapport au nombre final calculé. Cela s'appelle l'intervalle de confiance (c'est ICI).
Le sondage de la population dure 5 ans dans un intervalle de temps qui va encadrer la date du recensement. Ainsi, pour obtenir le  nombre d'habitants de 2010, on va sonder durant les cinq années 2008, 2009, 2010, 2011 et 2012. C'est la raison pour laquelle la population 2010 est annoncée au 1er janvier 2013 car il faut attendre la fin de l'année 2012 ! La « vraie » population 2013 sera annoncée au 1er janvier 2016 ! Donc faire des supputations sur les chiffres annoncés relève, pour moi, de la divination.
8% de la population vont être sondés chaque année. En fait 8% des logements inscrits au Répertoire des Immeubles Localisés (RIL). Ce répertoire est tenu à jour au Mans par le service population. Et les 8% de ces logements sont répartis sur l'ensemble des quartiers de notre ville. Donc, au bout des cinq ans, 40% des immeubles auront été visités un peu partout dans les quartiers du Mans et l'INSEE va extrapoler ces résulats pour en tirer le nombre de Mancelles et de Manceaux.
L'erreur peut être partout présente : sur le RIL, même si notre ville y est particulièrement attentive, sur les non-réponses, sur l'évaluation du monde étudiant qui est compté sur sa commune d'habitation, sur la mobilité (5 ans, c'est long !). Même si l'INSEE, dans son extrapolation, tient compte de ces éléments-là, il n'en demeure pas moins une incertitude et que les chiffres annoncés doivent être interprétés avec prudence.
Ainsi, sur l'évolution de la population du Mans, deux graphiques. L'un montrant l'évolution sur les quarante dernières années, l'autre depuis la mise en place du nouveau système INSEE.
Sur le graphique du haut, on constate que la diminution de la population mancelle date de l'année 1975 où la population avait été chiffrée à 152 285 habitants. Ce nombre n'aurait-il pas été surévalué pour des raisons électorales ?
Le graphique du bas montre que la population est plutôt stable sur ces dernières années avec des fluctuations qui portent sur 2500 habitants maximum, soit 1,7%. Entre 2009 et 2010, Le Mans aurait même gagné 345 habitants. Ce « frémissement » peut également être lu de façon positive !

mercredi 2 janvier 2013

Nous serions 142 626....


L'INSEE vient de publier les résultats du recensement au 1er janvier 2013 et si j'emploie le conditionnel dans mon titre, ce n'est pas sans raison.
Il ya quelques mois, le maire du Mans m'avait chargé, en tant qu'ancien prof de maths, de m'intéresser à ce recensement. La raison : l'INSEE ne procédait plus à un recensement exhaustif de la population (je parcours toutes les rues, tous les immeubles, etc., etc.), mais s'appuyait sur une nouvelle procédure mise en place en 2004.
Sans trop rentrer dans les détails complexes du nouveau mode de calcul , il faut savoir que l'INSEE procède aujourd'hui par une évaluation partielle de la population. Entre 2008 et 2012, chaque année, 8% de la population a été sondée, soit 40% sur l'intervalle. On fait ensuite une extrapolation et l'évaluation de la population est fixée pour la valeur médiane de l'intervalle, donc ici 142 626 à la date du 1er janvier 2010.
Le nombre de Mancelles et de Manceaux serait donc de 142 626 (*) en 2010 et non pas en 2013 ! Il n'en demeure pas moins que le nombre d'habitants « légal » sera celui-ci pour 2013. Nombre important car c'est lui que l'État prend en compte pour sa dotation financière, par exemple.

Toute évaluation, en statistiques, ne peut se faire que dans une fourchette. Fourchette bien connue des sondages où, en général, les médias retiennent la valeur moyenne. Ainsi, si un candidat est situé entre 38% et 42%, les médias le situeront à 40%.
Et c'est là que l'évaluation du recensement pose problème... car il y a un mystère complet sur la façon dont l'INSEE fait son extrapolation à partir d'une fourchette. Comment à partir d'un recensement de 40% (8% x 5 ans) de la population peut-on dire que la population mancelle est de 142 626 ?
C'est le secret de l'INSEE, et ses responsables ligériens que j'ai pu rencontrer en février 2012 n'ont pas été très diserts sur le sujet. Cette grande inconnue, d'ailleurs, a déclenché une forte polémique qui s'est exprimée dans le journal « Le Monde » du mois de juillet 2012 (c'est ICI).
Soyons donc plus que prudents avec ces nombres... et évitons, comme cela ne manquera pas  d'être fait, la diatribe sur le manque de dynamisme, la pression fiscale, et patati et patata... pour expliquer la diminution de 3479 habitants entre 1999 et 2010.
Il n'en demeure pas moins que nous ne pouvons pas ignorer le départ de certaines Mancelles et certains Manceaux vers les communes périphériques de la première ou deuxième couronne. Échapper au prix du foncier en ville et une certaine« pression » fiscale tout en profitant des avantages de la ville centre (culture, sport, transports, etc.) pourrait se retourner contre celles et ceux qui ont choisi la vie « rurbaine ». Le prix des carburants sera toujours là pour le leur rappeler.
21ème ville française, 4ème ville de l'Ouest au niveau du nombre de ses habitants, Le Mans reste première dans nos cœurs. À nous de continuer, en 2013, d'en faire non seulement une ville qui bouge, mais avant tout une ville solidaire !

* Le nombre d'habitants de la nouvelle métropole serait de 196 422 habitants.

mardi 1 janvier 2013

Bonne année...



En ce début d'année, que lectrices et lecteurs de ce blog reçoivent mes vœux les plus sincères. Quant à moi, mon vœu le plus cher serait que 2013 porte un coup d'arrêt à la montée de la pauvreté et de la précarité. 
Que celles et ceux qui hurlent sur l'imposition des grandes fortunes aillent faire un tour rue Jean Jaurès vers les files d'attente devant le Secours Populaire. 
Que celles et ceux qui hurlent sur ces 75 %¨insoutenables se renseignent sur la fréquentation  du Secours Catholique, rue de la Mission ! 
Que les défenseurs des Depardieu, Tsonga (*) et autres exilés fiscaux accompagnent une soirée la maraude des Restos du Cœur ! 
Ils comprendront... Certains débats sont devenus aujourd'hui vraiment indécents.
2013 :  que le changement soit vraiment pour maintenant !
Ne restons pas sur une note aussi morose : 2013 devrait être aussi une année de transformation forte de notre ville avec une nouvelle place des Jacobins et son nouvel espace culturel. 
En fouillant parmi mes vieilles cartes postales, j'ai retrouvé celle-là. Ce sera ma carte de vœux pour cette année. Étonnant, non ?
* Jo-Wilfried Tsonga a été promu en ce 1er janvier dans l'Ordre National du Mérite. Mérite pour l'exil fiscal ?